13-19 octobre 2021

Earth

Earth

Focus paysage en mutationAVP
Nikolaus GEYRHALTER

Autriche

2019 / 115’ / Anglais

Des carrières d’extraction aux mines de charbon ou de cuivre. Des chantiers de terrassement géants aux champs de forage pétrolier. Un tour du monde de la surexploitation des ressources géologiques de notre planète Terre.

En collaboration avec le Festival La Rochelle Cinéma

« Un des documentaires environnementaux les plus détaillés, les plus sérieux en termes de recherches, les plus poignants et épiques qu’on ait vus ces dernières années. Inspiré par le concept de l’Anthropocène, qui renvoie à l’idée que les humains influencent physiquement et modèlent la planète plus que la nature elle-même, il examine des interventions de taille colossale par lesquelles nous altérons la Terre, pour le meilleur et (plus souvent) pour le pire. »

Vladan Petković, cineuropa.org

 

Earth : voyage au centre de la terre (par Camille Frasque)

Earth est un documentaire à grand spectacle. Les paysages de carrières, de chantiers, s’étalent comme des surfaces peintes sur l’écran. Chaque nouveau lieu est introduit par une vue aérienne, qui offre à notre regard des couleurs, des formes que notre œil ne voit jamais. Des visions d’autres planètes, pourrait-on croire, si le nom de chaque endroit visité par Nikolaus Geyrhalter ne s’inscrivait pas au bas de l’écran.

Des lieux étranges, où les seuls points d’ancrage pour le regard sont les tractopelles et les hommes en gilets fluorescents qui travaillent. Le reste est inhospitalier et gigantesque. A ces plans impressionnants, succèdent les paroles de ces travailleurs et travailleuses, qui chaque jour déplacent, détruisent, extraient, façonnent la terre. Filmés en portrait, ils nous livrent leurs points de vue sur les chantiers auxquels ils participent, non sans une certaine théâtralité. Ces hommes et ces femmes sont filmés comme des sujets tout aussi magistraux que la terre qu’ils travaillent. Debout, avec la dignité des statues, et les attributs de leur profession – casques, gilets, chaussures de chantier – ils racontent leur quotidien et partagent leur opinion quant à leur métier, commentent les transformations du paysage par leur passage.

Passage quand il s’agit de chantiers temporaires, visant à amener la ville là où elle n’était pas encore arrivée ; séjour quand il s’agit d’extraire. Parfois la légèreté de leur propos contraste avec le caractère irréversible des constructions – ou destructions, tout est question de perspective – en cours. Cet homme, par exemple, qui compare son métier au jeu d’un enfant dans un grand bac à sable : déplacer les montagnes est un jeu. Cet autre, qui ne pourrait se passer quotidiennement de l’adrénaline que lui fournissent les risques inhérents au travail dans la carrière.

Le réalisateur nous invite à le suivre sous la terre, dans une mine d’extraction, donnant à voir les actions précises des ouvriers, leurs gestes sur les espaces souterrains. Les moments où les sujets du film s’expriment sont nettement séparés des moments d’action, et leurs actes sont comme le prolongements des surfaces, offertes à notre contemplation. Ils font partie du lieu « chantier », le façonnent, en sont les personnages principaux, et existent dans le documentaire en tant qu’appartenant à cet environnement qu’ils modifient. S’est tissé un lien entre la terre et eux, un écosystème anti-écologique, productif et destructeur. Ces scènes prennent parfois un tour onirique malgré les bruits de chantier, on ne sait plus où l’on se trouve, et le sous-sol a parfois des allures qui rappellent le Stalker de Tarkovsky, un lieu où rien n’est identifiable, que des rails et du béton, de l’eau et des plafonds. Un documentaire impressionnant, comme ces surfaces que chaque jour les engins de chantier bouleversent, et que le cinéaste transforme en objets esthétiques.

Programmation
Dimanche 17 18:30 - 20:307 Batignolles (Paris 17)
RéalisateurNikolaus GEYRHALTER.
ScénarioNikolaus GEYRHALTER.
PhotoNikolaus GEYRHALTER.
MontageNiki MOSSBÖCK.
MusiquePavel CUZUIOC.
DistributeurNikolaus Geyrhalter Filmproduktion.

Propulsé par FestiCiné