13-19 octobre 2021

Lab Close-Up

La fabrique urbaine

 

 

La Fabrique urbaine explore les coulisses de la ville et décrypte l’actualité urbaine. Une fois par mois, nous partons à la découverte de la ville avec la rencontre d’universitaires, d’écrivains, d’artistes et de ses décideurs afin de mieux cerner les enjeux de la ville du XXIe siècle. Rencontres, échanges et débats sur les enjeux de la ville agrémentent les émissions. 

La Fabrique Urbaine est une émission réalisée et animée par Aldo Bearzatto.
Bonne écoute !

La Fabrique Urbaine #27 – Mesure et démesure des villes – (la vie autrement)

Notre 1er invité est Thierry Paquot pour son dernier ouvrage Mesure et démesure des villes, CNRS Editions, 2020. « Y a-t-il une « juste taille » des villes et une « bonne échelle » des territoires de notre existence ? Les métropoles actuelles, lancées dans une extension sans limites, encombrées de gratte-ciel et de centres commerciaux, sont-elles la solution ? Faudra-t-il privilégier des villes plus petites ?

Dans cet essai, Thierry Paquot entrelace démographie, histoire, urbanisme, écologie et nous guide dans le labyrinthe des idées et des expérimentations : naissance et croissance des cités, utopies phalanstériennes de Fourier, garden-city d’Ebenezer Howard, shrinking cities américaines… Il nous initie aussi à la pensée de théoriciens souvent méconnus en France, parmi lesquels les partisans du small is beautiful ou des biorégions.

Notre 2nd invité est le réalisateur Dominique Marchais qui propose dans son dernier film Nul homme n’est une île (2018) un tour européen de la Méditerranée aux Alpes, où l’on découvre des hommes et des femmes qui travaillent à faire vivre localement l’esprit de la démocratie et à produire le paysage du bon gouvernement. Des agriculteurs de la coopérative le Galline Felici en Sicile aux architectes, artisans et élus des Alpes suisses et du Voralberg en Autriche, tous font de la politique à partir de leur travail et se pensent un destin commun. Le local serait-il le dernier territoire de l’utopie ? «Chaque homme est un morceau du continent, une partie de l’ensemble.»

La Fabrique Urbaine #26 – Street art et ville punk- (La vie autrement)

Nous recevons Olivier Landes, fondateur et directeur de l’association Art en Ville (artenville.fr). Il est aussi commissaire d’exposition et accompagne des communes (bailleurs sociaux et privés), pour « faire le dialogue entre l’urbain et le paysager, les collectivités et les artistes ». Il a publié un très bel ouvrage Street Art Contextes paru en 2017 aux éditions Alternatives.

Dans la deuxième partie, nous recevons Max Rousseau, politologue qui a publié une tribune dans Libération « La ville ré-ensauvagée, nouvel horizon de l’urbanisme punk » Ainsi, « l’urbaniste punk envisage la crise urbaine comme une chance potentielle pour éveiller une nouvelle vie collective ».

La Fabrique Urbaine #25 - La cabane- (la vie autrement)

Ce mois-ci nous partons à la (re)découverte d’un habitat souvent oublié de nos vies hors sol de citadins. Pourtant, la cabane, après nous avoir fait rêver pendant notre enfance, revient ces dernières années sur le devant de la scène et propose une autre ville.

Comme l’explique Marielle Macé dans son ouvrage Nos cabanes (Ed. Verdier), la « friche, le recyclage, deviennent des leçons de villes » (p.62). La cabane serait plus en phase avec l’environnement et proposerait un habitat plus coopératif dans sa construction. Ménager le territoire plutôt que l’aménager explique les spécialistes.

Souvent aux confins de nos villes, les habitants des cabanes, en marge des zones d’aménagement urbain, vivent une autre expérience de la vie. Toujours dans le même ouvrage, Marielle Macé souligne que « le goût des zones, des rives, des ZAD, quelque chose même comme un nouveau « recours aux forêts », c’est aussi l’abandon de ce monde de place et l’invention d’autres façons d’habiter et de se relier. » (p.35).

Afin de nous parler d’expériences de cabanes et de vies alternatives, nous recevons le photographe Philippe Graton qui a publié un superbe ouvrage photographique sur les projets qui se sont développés dans le secteur de Notre-Dame des Landes, à quelques kilomètres de Nantes.

La Fabrique Urbaine #24 - Fernand Pouillon, architecte bâtisseur

Ce mois-ci nous revenons sur la carrière prolifique, tout autant que romanesque, de l’architecte français Fernand Pouillon avec 2 invités qui ont des approches différentes mais complémentaires.

Ainsi, nous recevons l’architecte Marc Bedarida suite à la publication de son ouvrage Fernand Pouillon (Editions du Patrimoine, CMN, 2012). Enseignant d'histoire de l'architecture contemporaine et de l'urbanisme à l'École nationale supérieure d'architecture de Paris-La-Villette, il dirige les Éditions de la Villette et a récemment réédité le Voyage d'Orient de Le Corbusier.

Dans la 2nde partie, nous recevons la photographe et réalisatrice Daphné Bengoa qui vient de publier, avec le photographe Leo Fabrizio, un ouvrage passionnant sur l'expérience de Fernand Pouillon en Algérie (Fernand Pouillon et l’Algérie - Bâtir à hauteur d‘hommes aux Ed. Macula). Ce bâtisseur effréné fut le maître d’œuvre de plusieurs cités (plus de 8000 logements construits), de complexes touristiques et de logements étudiants.

La Fabrique urbaine #23 – La banlieue au Japon

Dans ce numéro, nous partons à la découverte des métropoles japonaises et en particulier de Tokyo. Pour nous en parler, nous recevons Cécile Asanuma-Brice, chercheuse en sociologie urbaine. Elle a publié Un siècle de banlieue japonaise. Au paroxysme de la société de consommation aux éditions MetisPresses.

Docteure de l’EHESS, Cécile Asanuma-Brice réside au Japon depuis 2000. En 2005, elle participe à la création d’un bureau mêlant architecture et sociologie urbaine autour de l’architecte Maruyama Kinya, dont l’objectif est la sensibilisation à un autre urbain possible. Elle poursuit aujourd’hui ses recherches au centre de recherche sur le Japon contemporain de la Maison Franco-Japonaise (CNRS), ainsi qu’au sein du CLERSE (Université de Lille, CNRS).

« Ce livre apporte des informations inédites et précieuses sur le processus d’urbanisation de la banlieue japonaise et d’une façon plus générale, de l’impact de ce dernier sur le fonctionnement social au Japon. Afin de mener une réflexion en profondeur sur ces espaces, il présente une histoire complète de l’habitat urbain japonais, du XIXe siècle à nos jours, dans un pays où le capitalisme est à un stade avancé et où l’exposition aux désastres naturels est un facteur clé de la gestion de la population. L’ouvrage montre les étapes du phénomène de banlieusardisation à travers les principaux acteurs de l’urbanisation. Une description de l’occupation des différents logements et du fonctionnement social des quartiers permet en outre de comprendre l’évolution de la vie des banlieues. Répondant à des logiques économiques strictes, les nouvelles formes de logements sont rapidement reprises par le secteur privé de la construction, qui les répandra sur l’ensemble du territoire. » (nde).

Elle nous propose, en fin d’émission, de découvrir le film d’animation Pompoko d’Isao Takahata (production Ghibli).

Propulsé par FestiCiné